INTERVIEW DE CLÉMENT JANINET DE LA LITANIE DES CIMES : « On se connaissait humainement mais n’avions jamais joué ensemble. C’était un peu un pari ».

Créé en 2019 par le violoniste Clément Janinet, La Litanie des Cimes est l’un des groupes qui se produiront dans le cadre du festival Émergences. Clément nous raconte la genèse de ce projet dans cette interview avec le Petit faucheux. Rendez-vous le dimanche 7 novembre, à 16h à la salle Ockeghem à Tours, pour un co-plateau avec le duo Jean Paul IV.

_____________________________________________

Qu’est-ce que c’est la Litanie des Cimes ?

La Litanie des Cimes est un projet que j’ai monté il y deux ans, en 2019. C’est une formation avec violon, violoncelle et clarinette, plutôt chambriste avec des connotations de musique dites « classiques ». Nous jouons une musique qui est un peu à mi-chemin entre différentes esthétiques : de la musique répétitive, dont des influences de compositeurs américains comme Steve Reich etc. Il y a aussi pas mal d’apports de musiques traditionnelles qui viennent plutôt d’Afrique de l’Ouest, on fait pas mal de double basse avec le violoncelle, par exemple. Il y a des choses qui viennent aussi de la musique traditionnelle du Morvan – d’où je suis originaire – et il y a aussi une belle part d’improvisation.

Dans l’ensemble, ce sont des formes assez libres. Les morceaux sont à base de matériaux assez simples finalement, nous sommes donc plus sur la recherche de timbres où sur l’orchestration et sur les alliages entre nous. La musique est pas mal construite avec des éléments indépendants qui évoluent chacun dans leur coin. Disons qu’il y a plusieurs plans à chaque fois. On pourrait résumer ça comme ça.

Voilà pour la description un peu technique. Pour résumer, c’est une musique assez contemplative et calme. Je l’ai écrite pendant le confinement, dans un contexte où nous étions tous enfermés avec une volonté d’être dehors et ça s’entend dans la musique.

_____________________________________________

D’où se rapport à la nature ?

Oui carrément ! La pochette de l’album est une photo d’un paysage dans le Jura, prise par le photographe Jeff Humbert. C’est cette photo qui a inspirée le nom du groupe : la Litanie des Cimes. Tout part de cette photo et forcément la musique s’en inspire également.

_____________________________________________

C’est le premier projet que tu réalises avec Bruno Ducret (violoncelle) et Elodie Pasquier (clarinette) ?

Oui c’est la première fois. On s’était déjà rencontré tous un peu séparément. On se connaissait donc humainement mais n’avions jamais joué ensemble. C’était un peu un pari.

Le projet a commencé juste avant le confinement parce que nous l’avons présenté à Jazz Migration, à la session d’octobre. Nous nous étions donc vus, nous avons répété, nous avons enregistré et même fait un petit concert. Cependant, le gros du travail nous l’avons fait pendant le confinement, de même que l’enregistrement de l’album.

© Stan Augris

_____________________________________________

Élodie Pasquier ne sera pas là le dimanche 7 novembre pour votre concert dans le cadre d’Émergences, c’est Hugues Mayot qui la remplace. C’est une première avec ce clarinettiste ?

Oui c’est la première fois qu’il joue à sa place, la première fois qu’il joue avec nous dans cet ensemble. Il y a une partie des morceaux que nous jouons avec la Litanie de Cimes que j’ai retravaillé et qui viennent d’un autre répertoire où Hugues joue, dans mon quartet qui ___________________________________________

Vous allez partager le plateau avec le duo Jean Paul IV. Tu les connais ?

Non je découvre ce projet, je ne le connaissais pas du tout. Je ne connais pas non plus la salle Ockeghem. Mais je suis sûr que ça va être un beau moment pour nous et pour le public.

_____________________________________________

La Litanie des Cimes est l’un des projets lauréats de Jazz Migration, comment s’est passé le « concours » ?

C’est D’Jazz Nevers qui nous a présenté et nous avons été retenus. C’est vraiment super car cela nous a permis d’aller jouer dans plein d’endroits où nous n’avions pas forcément joué auparavant. Cela a permis d’accélérer un peu les choses. Nous avons notamment eu beaucoup de dates – malgré quelques-unes annulées avec le confinement – une vingtaine en tout, donc pour un projet naissant c’est génial.

_____________________________________________

Et vos prochaines dates d’ailleurs ?

Nous jouons le dimanche 7 novembre dans le Festival Émergences.

Ensuite nous allons à Jazzdor le 11 novembre, à Nevers le 13 novembre puis à Budapest le 27 novembre.  Nous allons enregistrer un disque à la BMC (Budapest Music Center), un deuxième album, en juillet 2022. Puis, nous avons un projet avec une compagnie de théâtre pour la mise en scène d’une pièce qui s’appelle « La mort de Monsieur Golouja » pour l’année prochaine, à Nevers également. Donc pas mal de projets prévus pour l’année prochaine.

Écouter La Litanie des Cimes sur Bandcamp

photos © Stan Augris