« Mêler des artistes émergents et d’autres qui ont une renommée internationale » Rencontre avec Lisa De Carvalho et Antoine De La Roncière : programmateur.trice d’Émergences

Récemment arrivés dans leur structure, Lisa de Carvalho de l’école Jazz à Tours et Antoine De La Roncière de la scène jazz du Petit faucheux nous présentent la 20ème édition du Festival Émergences. Ce nouveau duo dynamique et plein d’ambition nous parle des projets accompagnés pour cette nouvelle édition, de leur rencontre et de leurs envies pour l’avenir du festival.

_____________________________________________

C’est quoi le festival Émergences ?

LISA : Le festival Émergences c’est mêler justement les artistes émergents, qui sont en développement, avec des artistes qui ont déjà une renommée nationale, pour mettre en avant la scène locale. Dans ce festival, il y a de l’émergence dans les styles musicaux proposés et dans les publics. On essaie de diversifier les publics en mêlant celui du Petit faucheux et celui d’autres salles comme cette année la salle Ockeghem et le Bateau Ivre, pour créer des mélanges.

ANTOINE : Il y a l’idée d’aller un peu ailleurs, de sortir du Petit faucheux et de Jazz à Tours pour essayer de donner de la visibilité à ces musiciens en développement, que nous accompagnons dans leur projet. La soirée du 11 novembre en est l’exemple puisque ce sont des étudiants actuels et sortants de Jazz à Tours qui se produiront sur la scène du Bâteau Ivre.

LISA : Le 10 et le 11 novembre sont deux soirées qui marquent vraiment « la patte » du festival Émergences, celle de l’accompagnement artistique et de l’insertion professionnelle des jeunes musiciens du territoire. Les musiciens d’Insanis qui joueront au Petit faucheux le 10 novembre ont tous un lien très proche avec Jazz à Tours. La soirée au Bateau Ivre, le 11 novembre est organisée par Noise Gate qui est l’association des élèves et anciens élèves de Jazz à Tours. Ce sont des musiciens qui sont en formation chez nous ou qui viennent tout juste d’être diplômés.

ANTOINE : Ce n’est pas pour rien que le Petit faucheux et Jazz à Tours travaillent ensemble sur ce projet. Le Petit faucheux est là pour accompagner les étudiants qui sortent de Jazz à Tours. Nous nous concentrons vraiment sur cette priorité au travers de ce festival. Nous développons des artistes nationaux et internationaux mais la base de notre projet reste tout de même de travailler avec ces musiciens qui sortent des écoles de Tours et qui créent de nouveaux projets. Le festival Émergences est fondé sur ce principe, celui d’accompagner ces musiciens, de les développer et les faire sortir du microcosme tourangeau.

_____________________________________________

Comment va se dérouler cette vingtième édition du festival ?

LISA : Nous allons ouvrir le festival avec Airelle Besson et son quartet le vendredi 5 novembre au Petit faucheux. Ensuite nous aurons Myriad qui est un gros projet pédagogique avec un big band créé par et avec des jeunes musiciens situés entre Nantes et Tours. Ils vont donc faire un concert de restitution de tout ce travail pédagogique le 6 novembre au Petit faucheux. Ensuite, le 7 nous aurons la Litanie des Cimes et Jean Paul IV à la salle Ockeghem en fin d’après-midi. On enchaine le mercredi 10 novembre avec le collectif Insanis au Petit faucheux, puis la soirée Noise Gate le 11 au Bateau Ivre et enfin Laurent Bardainne et Tigre d’Eau Douce le 12 au Petit faucheux.

ANTOINE : Dans cette programmation, nous avons des groupes qui entourent le festival qui ne sont plus forcément dans l’émergence. Pour Airelle Besson, elle prend beaucoup d’ampleur en ce moment depuis la sortie de son deuxième album, et pour Laurent Bardainne nous sommes plus dans la confirmation. Mais justement, on termine par la confirmation et puis entre les deux on a effectivement des propositions différentes qui sont plus dans l’accompagnement et la nouveauté.

Pour parler d’esthétique, avec Airelle Besson nous sommes sur un jazz un peu feutré et minimaliste, pour Laurent Bardainne c’est un jazz un peu soul, funk. Pour la Litanie des Cimes, on est dans le registre du jazz de chambre.

LISA : La salle Ockeghem sera d’ailleurs l’endroit idéal pour mettre en valeur ces deux groupes (Jean Paul IV et La Litanie des Cîmes) et créer une ambiance intimiste.

ANTOINE : Nous aurons aussi la rencontre entre littérature et musique avec le projet du collectif Insanis, le 10 novembre au Petit faucheux.

_____________________________________________

Votre coup de cœur de cette 20ème édition ?

LISA : Un coup de cœur je ne sais pas, mais j’ai très hâte de découvrir le projet d’Insanis, parce qu’ils sont nombreux, que se sont des musiciens locaux et que ça mélange musique et littérature. C’est un vrai pari car nous ne savons pas ce que cela va donner mais c’est prometteur.

ANTOINE : La Litanie des Cimes est aussi un super projet qui fait partie de l’AJC – l’Association Jazzé Croisé, qui participe également à l’organisation de ce concert puisque La Litanie des Cimes est en tournée avec Jazz Migration. Il s’agit, là aussi, d’un projet accompagné et développé, d’un autre type.

_____________________________________________

Vous qui êtes nouveaux dans vos structures comment s’est passée votre arrivée et votre rencontre ?

LISA : Je suis arrivée fin janvier à Jazz à Tours et il a fallu très vite travailler sur le festival Émergences puisqu’il fallait boucler la programmation avec Antoine. Nous nous sommes d’ailleurs rencontrés dès son arrivée. Nous avons échangé sur ce qu’on voulait. J’ai au départ davantage apporté mon expertise du territoire, là où Antoine n’avait pas encore toutes les informations sur les lieux, le fonctionnement etc.

ANTOINE : C’est vrai que toute cette partie me manque un peu. Les projets, Lisa les avait vu avec Renaud Baillet (ancien programmateur du Petit faucheux) juste avant. Nous avons repris ce travail ensemble, confirmé les groupes et bouclé la programmation dans un délai très court.

LISA : Il a fallu qu’on prenne tous les deux nos marques dans nos propres structures puis très vite préparer un festival qu’on connaissait très peu donc ça été rapide mais nous avons plutôt bien relevé le défi.

_____________________________________________

Comment abordez-vous vos prochaines collaborations dans le cadre d’Émergences ?

LISA : Nous allons faire un gros bilan après cette édition du festival. Voir ce qu’il s’est passé et puis ce qu’on a envie de dire et de faire pour l’année prochaine.

ANTOINE : Nous ne sommes pas encore dans un changement de direction artistique mais plus sur un changement d’organisation : revoir le nombre de jours et l’organisation en général.

LISA : Peu importe les changements que nous apporterons, l’idée d’Émergences restera !

ANTOINE : Nous voulons aussi trouver des accointances pour faire des choses en dehors d’Émergences et pour se trouver des liens autres entre Jazz à Tours et le Petit faucheux, notamment avec les élèves et sur des temps plus longs.